Des observatoires dynamiques de la biodiversité en ligne pour l'Île-de-France

Fini le bon vieux temps des gros atlas papier ? Peut-être pas, mais désormais, la transmission des connaissances naturalistes ne se fait plus comme autrefois : on peut désormais renseigner son observation en ligne, et ainsi voir s'allumer un petit carré au sein d'une carte ! C'est ce qui s'appelle un atlas dynamique en ligne. 

À quoi sert un atlas dynamique, alors ? D'une part, à mieux connaître le patrimoine naturel de l'Île-de-France - l'une des missions que Natureparif mène main dans la main avec l'ensemble du réseau d'associations naturalistes, mais également ses évolutions, grâce au détail de la répartition passée et présente des différentes espèces sur notre territoire. Mais bien sûr, également, à valoriser les observations faites par les uns et les autres, et à inviter les observateurs à combler les "vides de prospection". 

L'atlas dynamique de la biodiversité permet également d'éditer des synthèses communales assez précises, avec une liste d'espèce, leur statut reproducteur et les secteurs les plus riches de la commune. L'ensemble de ces données synthétisées seront également agrégées sous forme d'indicateurs de biodiversité dans l'observatoire des territoires (ouverture prochaine par Natureparif). Grâce au système de mots clés de Cettia, différents indicateurs peuvent être automatiquement renseignés. 

Ces atlas dynamique doivent cependant être considérés avec une certaine précaution : toutes les données existantes n'y figurent pas. L'import des données anciennes prend du temps. Les circuits de diffusion des données sont encore très variés. Cettia-idf a vocation a rassembler cette connaissance et à la diffuser au plus grand nombre. Cet observatoire de la biodiversité francilienne, constitué par la somme de ces atlas dynamiques, constitue l'un des moyens de la partager.

 

L'équipe de Natureparif