Talpa europaea C

Taupe d'Europe

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Juvéniles (1 données):

Présence (207 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce


Types d'observation
(calcul sur 611 données)

Calculé d'après les mots-clefs.
Estimation parfois faussée par des mots-clefs oubliés.

La Taupe d'Europe est un mammifère très discret, qui reste la plupart du temps dans ses galeries souterraines : anatomiquement adaptée au fouissage et à un mode de vie hypogé, elle creuse sans arrêt de nouvelles galeries pour chercher sa nourriture. Ce réseau de galeries en profondeur lui sert de terrain de chasse, tandis que les réseaux proches de la surface sont temporaires, et creusés par les jeunes lors de leur émancipation. L'espèce se nourrit principalement de vers de terre, mais aussi de larves, de fourmis, de mille-pattes ou encore de chenilles.

Active toute l'année, de jour comme de nuit, elle n'entre jamais en état de torpeur : son métabolisme très élevé lui impose de nombreuses phases d'activité au cours d'une journée, en alternance avec des phases de repos. Très territoriale, la Taupe est un mammifère solitaire, qui peut se montrer agressif vis-à-vis de ses congénères. La reproduction a lieu chez cette espèce de mars à juin, et une femelle donne naissance à une portée annuelle de trois à quatre petits. Son nid est situé en profondeur, dans une cavité spéciale, remplie de feuilles et d'herbes sèches. Lorsque les jeunes sont sevrés, ils doivent chercher un nouveau territoire en surface : c'est à cette période qu'ils sont les plus vulnérables, et potentiellement le mieux observables.

Habitats 

La Taupe d’Europe est commune dans les forêts de feuillus, les prairies, les landes, les champs et les jardins, du moment que la terre est suffisamment humide pour pouvoir y creuser. Les sols argileux, durcis et craquelés par la sécheresse, ne lui conviennent pas.

Si l'espèce reste très commune, elle se dérobe la plupart du temps à l'observation directe. Difficile à observer hors de ses galeries, la Taupe peut être détectée facilement par les monticules de terre qu'elle produit en creusant ces dernières, appelés taupinières. Les taupinières ne peuvent être confondues avec celles d'aucune autre espèce en Île-de-France, étant donné que le Campagnol terrestre (Arvicola terrestris scherman) n'est a priori pas présent dans la région. Le plus souvent, les taupinières n'ont pas de trou : s'il y en a un, il a peut-être été percé par un hôte occasionnel, comme un autre campagnol du genre Arvicola. De plus, les grains de terre sont grossiers car la Taupe creuse avec ses griffes, tandis que ceux issus des galeries de campagnols, creusées avec leurs dents, sont plus fins.

Répartition en Île-de-France

La Taupe est répartie de façon relativement homogène en région Île-de-France, y compris en petite couronne et dans le cœur d’agglomération.

Bien que cette tendance ne repose pas sur des données chiffrées, il semblerait d’après les spécialistes que les effectifs de Taupe soient stables, voire en légère régression en Île-de-France, ce qui s’expliquerait par l’utilisation intensive d’intrants en milieu agricole, qui représente la majorité de l’occupation du sol.

Les dix observations les plus récentes :

DateCommuneObservateur
10-12-201891220 Brétigny-sur-OrgeLucile Ferriot
28-11-201895450 CommenyTHIERRY MUNIER
taupinières fraîches, parterre gazonné.
28-11-201895420 Wy-dit-Joli-VillageTHIERRY MUNIER
taupinières fraîches dans un pré.
21-11-201895450 UsTHIERRY MUNIER
taupinières fraîches.
17-11-201878480 Verneuil-sur-SeineBenjamin Fougère
02-11-201895450 AbleigesTHIERRY MUNIER
taupinières fraîches.
02-11-201895520 OsnyTHIERRY MUNIER
taupinières fraîches.
20-10-201877930 Fleury-en-BièreLucile Ferriot
01-10-201895450 VignyTHIERRY MUNIER
20-09-201891720 BoignevilleAxel DEHALLEUX

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes