Martes martes R

Martre des pins

Martre des pins, Martre

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Juvéniles (1 données):

Présence (202 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce


Types d'observation
(calcul sur 214 données)

Calculé d'après les mots-clefs.
Estimation parfois faussée par des mots-clefs oubliés.

La Martre des pins est le représentant le plus arboricole des six espèces de mustélidés présentes en Île-de-France. Malgré son agilité dans les arbres et le fait qu'elle gîte toujours à bonne hauteur, elle se déplace et chasse surtout au sol. Le plus souvent crépusculaire et nocturne, elle trouve en effet refuge dans les arbres creux, les nids d'oiseau ou d'écureuil. Cependant, là où elle n'est pas dérangée, la Martre peut être active de jour comme de nuit, sans être nécessairement très farouche.

La Martre est un animal généralement solitaire et territorial, empêchant d'autres individus du même sexe de pénétrer sur son domaine vital. Le mâle et la femelle ne se côtoient qu'à la période du rut, de juin à août. Comme chez plusieurs autres mutélidés, la gestation de la Martre est particulièrement longue en raison du phénomène d'ovo-implantation différée. La femelle ne donne naissance à ses petits, en général au nombre de trois, qu'au mois de mars de l'année suivante.

Opportuniste, ce carnivore se nourrit de petits rongeurs, de musaraignes, d'oiseaux, d'amphibiens, d'insectes mais aussi de cadavres et de fruits. Sans être qualifié d'omnivore, son régime alimentaire inclut une part relativement importante de végétaux, en particulier durant l'été.

Habitats 

La Martre est un mustélidé essentiellement sylvicole. Considérée comme spécialiste, elle présente une fréquentation quasi-exclusive des milieux forestiers, qu’ils soient composés de résineux, de feuillus ou d’essences mixtes, tant qu'ils présentent de grands arbres et un couvert pas trop dense : elle apprécie les futaies, et non la broussaille. Contrairement à la Fouine (Martes foina), l'espèce évite le voisinage des habitations humaines, et ne se montre qu'exceptionnellement hors du couvert forestier, même si ses terrains de chasse peuvent déborder sur des milieux plus ouverts.

Comme presque tous les animaux forestiers disposant d'un large domaine vital, la Martre est difficile à observer, d'autant plus qu'aucun lieu n'est particulièrement favorable dans une forêt où la vue ne porte pas. On la croit donc souvent plus rare qu'elle n'est en réalité. Cependant, en Île-de-France, région particulièrement dense en termes d'urbanisation et d'infrastructures de transport, cette spécialisation au milieu forestier fait que la Martre est particulièrement sensible à la fragmentation des habitats.

Les prospections, réalisées au crépuscule ou à l'aube, doivent s'orienter principalement dans les massifs forestiers étendus et isolés, où sa présence peut également être détectée grâce à ses laissées.

Répartition en Île-de-France

La répartition et les densités des populations nationales de la Martre étaient déjà mal connues lors de l'Atlas des mammifères de France métropolitaine de 1984 publié par la Société Française pour l'Étude et la Protection des Mammifères (SFEPM), y compris en Île-de-France, où seules deux mailles de présence avaient été recensées en Seine-et-Marne. Aujourd'hui, les connaissances recensées mettent en évidence une répartition beaucoup plus importante de la Martre en Île-de-France : elle est en effet particulièrement présente dans toute la Seine-et-Marne, dans le sud de l’Essonne et dans les Yvelines, notamment sur le massif de Rambouillet.

 

Les dix observations les plus récentes :

DateCommuneObservateur
18-08-201977130 ForgesJulien Bottinelli
05-08-201978120 RambouilletBenjamin Fougère
Vient à la seule mare encore en eau du secteur vers 20h
06-07-201977760 ButhiersDavid Chevreau
24-06-201991410 La Forêt-le-RoiBruno DURAND
surprise alors qu'elle allait traverser le chemin d'est en ouest, s'arrête en me voyant et reste quelques secondes immobile. Bien vu la bavette, les oreilles et la truffe.
11-06-201977820 Châtillon-la-Bordephilippe ducourneau
29-05-201991780 Chalo-Saint-MarsBruno DURAND
Grimpe dans un arbre couvert de lierre, sans doute attirée par les piaillements de poussins de pic épeiche ; attaque infructueuse, agitation de la femelle pic à proximité.
19-05-201977154 Villeneuve-les-Bordesphilippe ducourneau
15-05-201977440 Congis-sur-ThérouanneJean Delannoy
Magnifique obs, en plein jour. Traverse d'abord le platelage de la maison d'accueil, puis repasse une 2nde fois. Retrouvée 10min plus tard dans le sous-bois par alarme de quelques oiseaux (pies & fauvettes). Pas de photos, car sous la végétation dans le sous-bois. Distinction avec la fouine : bavette remonte très haut sur les côtés du cou, couleur jaune sale.
14-05-201977300 FontainebleauBernard Pasquier
27-04-201977114 GouaixFabien Branger

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes