Ondatra zibethicus C

Rat musqué

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Juvéniles (1 données):

Présence (111 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce


Types d'observation
(calcul sur 114 données)

Calculé d'après les mots-clefs.
Estimation parfois faussée par des mots-clefs oubliés.

Exclusivement aquatique, le Rat musqué est le plus grand des campagnols. Il se différencie du Ragondin (Myocastor coypus) par sa taille inférieure, sa queue comprimée latéralement et ses pattes non palmées. Surtout actif la nuit et au crépuscule, il est courant de l'observer en plein jour. Il ets capable de plonger et de nager sous l'eau sur de longues distances, grâce à ses pieds postérieurs et sa queue particulièrement adaptés au milieu aquatique. 

L'espèce établit son gîte en surface, dans la végétation aquatique, et construit des huttes d'hiver à plusieurs chambres. Le Rat musqué creuse également des terriers dans les berges, dont l'entrée est généralement sous l'eau. Ce campagnol se nourrit principalement de plantes aquatiques, de phragmites, de joncs, de massettes, plus occasionnellement de plantes cultivées en bordure de rivière et de mollusques.

Habitats 

Introduit d’Amérique du Nord pour sa fourrure au début du XXème siècle en Europe, le Rat musqué est capable de s’adapter aux conditions écologiques les plus diverses. Il reste cependant toujours aquatique, fréquentant les eaux douces et peu profondes des rivières, lacs, étangs et marais aux berges recouvertes de végétation.

Son observation reste relativement courante, mais d'autres indices permettent de le détecter, notamment ses terriers sur les berges, et ses crottes : d'une taille de 10 à 20 mm de long, elles sont plus grandes que celles du Campagnol amphibie (Arvicola sapidus), et souvent déposées en crottiers situées bien en évidence sur la rive.

Répartition en Île-de-France

Le Rat musqué est présent sur tout le territoire francilien. Considéré dès les années 1930 comme un ravageur des cultures, certaines de ses populations ont fait l'objet de campagne de régulation par piégeage et par lutte chimique. Actuellement, l’espèce n’appartient pas à la liste des nuisibles, mais, supplantée par le Ragondin (Myocastor coypus), ses populations en Île-de-France n’augmenteraient plus.

En dehors du fait qu'il peut modifier la dynamique de la végétation et provoquer des dégâts aux digues et aux berges avec ses terriers, le Rat musqué peut entrer en concurrence avec le Campagnol amphibie (Arvicola sapidus).

Les dix observations les plus récentes :

DateCommuneObservateur
01-11-201877520 Donnemarie-Dontillyphilippe ducourneau
29-09-201877440 Congis-sur-ThérouanneJulien Bottinelli
26-08-201891160 Saulx-les-ChartreuxGILLES TOURATIER
19-08-201877470 Saint-FiacreAntoine KITA
18-08-201877470 Saint-FiacreAntoine KITA
21-05-201895450 AbleigesJulien Piolain
17-05-201877440 Congis-sur-ThérouanneJulien Bottinelli
25-04-201891540 Écharconchristofer Angé
22-04-201877440 Congis-sur-ThérouanneMaxime Zucca
11-04-201895450 UsTHIERRY MUNIER
nage dans la Viosne.

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes