Myocastor coypus C

Ragondin

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Juvéniles (25 données):

Présence (1424 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce


Types d'observation
(calcul sur 1485 données)

Calculé d'après les mots-clefs.
Estimation parfois faussée par des mots-clefs oubliés.

Le Ragondin est un gros rongeur semi-aquatique, qui se différencie du Rat musqué (Ondatra zibethicus) par sa taille plus grande, sa longue queue cylindrique et ses pattes palmées. Seul représentant de sa famille, il a été introduit d’Amérique du Sud au XXème siècle pour sa fourrure.  Suite à l'effondrement du cours de sa fourrure, de nombreux élevages ont fermé partout en Europe, et ont relâché les individus dans la nature. Dotés de capacités de reproduction importante, avec deux à trois portées par an et par femelle, comportant de trois à douze petits, l'espèce a alors très rpaidement envahi une bonne partie de l'Europe, y compris la France.

Surtout crépusculaire, il est très souvent observé le jour, dans l'eau ou sur la rive. Il consomme la végétation aquatique et les plantes de berges, notamment les rhizomes en hiver, mais aussi les cultures proches des cours d'eau. 

Habitats 

Cette espèce relativement peu exigeante en termes de qualité d’habitat reste inféodée aux zones humides, notamment les fleuves, rivières, fossés de drainage, lacs, étangs et autres étendues d'eau. Il affectionne particulièrement les berges pentues pour creuser des terriers complexes dont l'entrée est au-dessus de l'eau ou en partie immergée. Sur la terre ferme, il se déplace lentement et utilise régulièrement les mêmes passages et coulées, qui représentent un bon indice de sa présence.

Répartition en Île-de-France

La colonisation du Ragondin s'est étendue sur l’ensemble du territoire francilien.

Par son mode de vie et ses capacités à proliférer, le Ragondin peut très vite influencer les milieux naturels. Il peut entre autres dégrader et mettre à nu des berges, ce qui favorise leur érosion, fragiliser des digues en creusant des galeries, ou encore entrer en concurrence avec des espèces indigènes sensibles, notamment le Campagnol amphibie.

Les dix observations les plus récentes :

DateCommuneObservateur
22-04-201977440 Congis-sur-ThérouanneNicolas Marmet
18-04-201991540 Fontenay-le-VicomteChristine PRAT
18-04-201991540 ÉcharconOdile CLOUT
15-04-201977480 Grisy-sur-Seinephilippe ducourneau
11-04-201977480 Jaulnesphilippe ducourneau
10-04-201977157 Everlymargot Gouttepifre
09-04-201991710 Vert-le-PetitJoël Brun
06-04-201991160 Saulx-les-ChartreuxDelphine Lemoine
04-04-201977000 Livry-sur-Seinemargot Gouttepifre
03-04-201991540 Écharcondominique carlier

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes