Felis silvestris E

Chat sauvage • Espèce protégée

Mammiifères protégés France, Espèce directive habitats annexe IV

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Juvéniles (0 données):

Présence (1 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce


Types d'observation
(calcul sur 2 données)

Calculé d'après les mots-clefs.
Estimation parfois faussée par des mots-clefs oubliés.

Crépusculaire et nocturne, le Chat forestier est un mammifère très discret, facilement confondu avec son cousin le Chat domestique ou haret (Felis catus). Même en connaissant les bons critères morphologiques (pelage de couleur claire, quatre rayures noires sur la tête, ligne noire sur le dos des épaules à la queue, queue épaisse avec deux anneaux noirs et complets au bout, tarses à moitié noirs, ...), son observation certaine reste difficile, notamment dans le cas d'individus hybrides.

Le Chat forestier est une espèce solitaire, et territoriale, comme la plupart des Félidés. Le rut a lieu de mi-janvier à février, et la naissance des jeunes survient la plupart du temps entre avril et mai, même si elle est possible toute l'année.

Strictement carnivore, le Chat forestier se nourrit majoritairement de petits rongeurs, et peut parfois être charognard. Repérant ses proies à l'ouïe, il pratique la chasse à la billebaude : comme le Renard roux (Vulpes vulpes), on dit qu'il "mulotte". Au printemps, il n'est pas rare de le voir également chasser des grenouilles, voire des oiseaux.

Habitats 

Le Chat sauvage fréquente principalement les forêts de feuillus, avec une préférence pour les chênes puis les hêtres, les landes, les marais et les bordures de zones agricoles. Son habitat idéal présente une mosaïque de vastes massifs forestiers en continuités, bordés de prairies naturelles. Il apprécie également les zones humides.

L'espèce établit son gîte estival dans des parcelles forestières jeunes, et se déplace selon l'ensoleillement. En hiver, il occupe plutôt des terriers creusés par d'autres espèces, comme le Blaireau (Meles meles), et peut même être amené à cohabiter avec le Renard (Vulpes vulpes).

La meilleure période pour observer cette espèce est indéniablement l'hiver, en janvier-février, pendant le rut. À cette époque de l'année, les individus se déplacent beaucoup et sont visibles du fait de l'absence de végétation. Lors de la fenaison, c'est-à-dire de la fauche des foins, de fin mai à mi-juin, les nouveaux terrains de chasse que constituent les andains de foin chauffés par le soleil, appréciés des micromammifères, attirent le Chat forestier, qui peut alors se laisser observer en plein après-midi.

Si ses traces ne peuvent être différenciées de celles d'un chat domestique ou haret, ses crottes sont caractéristiques : en forme de petits obus et déshydratées, relativement persistantes en milieu naturel, elles sont souvent déposées en îlot à proximité d'un gîte, parfois enterrées.

Répartition en Île-de-France

La colonisation de l’Île-de-France par des individus en provenance de Champagne est récente, les premières mentions certaines ayant été enregistrées entre 1988 et 1990 sur le massif de Fontainebleau et dans l’Essonne.

Une enquête de terrain mise en place entre 1995 et 2008 par l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) signale la présence de l’espèce dans le Gâtinais, à l’extrême sud-est de la Seine-et-Marne. Sa présence dans les massifs forestiers des environs de Nemours n’a pas pu être confirmée en 2008, ni dans la forêt de Fontainebleau où des observations avaient pourtant été notées (1988-1990), confirmant ainsi le constat de Lustrat (1997). Sa fréquentation de la Brie et de la vallée de la Seine (Bassée) en Seine-et-Marne, fortement suspectée, a pu être confirmée par deux observations certaines, respectivement en juin et juillet 2014.

Les dix observations les plus récentes :

DateCommuneObservateur
18-03-201791490 Milly-la-ForêtBenjamin Gourlin
observé le long de la route, s'est réfugié dans la forêt à mon passage (voiture). critères observés : morphologie trapue (et tête large) + queue plusieurs fois annelée de noir et terminée par un manchon noir.Identification incertaine.
01-04-198977300 FontainebleauVincent Vignon
Sur la N7

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes