Les exuvies, ces indispensables alliées

On appelle exuvie la « carapace » que laisse la larve de libellule derrière elle lorsqu’elle se métamorphose en individu volant.

Elle possède des caractéristiques qui permettent de déterminer l’espèce (pour les Anisoptères tout du moins).

 
 

La recherche d’exuvies est indispensable dans le cadre de l’élaboration d’un atlas car :

  • c’est une des rares preuves de reproduction certaine (et donc d’indigénat)
  • certaines espèces ne sont détectables qu’ainsi tellement elles sont discrètes à l’état adulte
  • l’évaluation d’une population sera bien plus fiable d’après le nombre d’exuvies trouvées que d’adultes volants
Si vous trouvez des exuvies, merci de les garder dans une boîte indéformable avec la date de récolte, le lieu précis et le nom du découvreur. Vous pourrez ensuite contacter un des coordinateurs pour convenir d’un moyen de les transmettre.
 
 
 

 

On se demande toujours s’il y a une technique infaillible pour repérer les exuvies… Quand on n’en trouve aucune autour d’une mare, on a l’impression qu’il nous manque des informations ou un truc pour tomber dessus malheureusement il n’y a pas de secret … quelques pistes cependant :

  • être systématique et patient (il est parfois plus facile d’en trouver en restant accroupi près d’une ceinture de Phragmites pour laisser l’œil s’habituer qu’en longeant avec des mouvements de main)
  • chercher après 3-4 jours de beau temps peut se révéler plus fructueux (elles n’auront pas eu le temps d’être décrochées par la pluie ou le vent)
  • ne pas hésiter à examiner la rive depuis l’eau plutôt que depuis la terre ferme
  • bien se concentrer sur 10 mètres plutôt qu’inspecter ponctuellement 100 mètres
  • cibler 2 ou 3 placettes avec des ombrages et des paysages différents pour un même lieu de prospection
  • chercher dans le cœur des massifs denses (de Joncs par exemple) ou dans des anfractuosités protégées (à la base des troncs) les anciennes exuvies qui auraient pu s’accumuler
  • certaines espèces préfèrent les ceintures d’hélophytes avec une ceinture arborée peu dense plutôt que sans arbres
  • un support isolé sera plus efficace (piquet/branche dans l’eau, touffe de Joncs sur une rive …)

 

» Afficher le tableau récapitulatif des émergences à la latitude de Paris pour certaines espèces à enjeu