Erebia aethiops NR NA

Moiré sylvicole • Liste rouge: Non applicable (NA)

Phénologie (d'après les données de cettia-idf)

Chenilles (0 données):

Vol (0 données):

Carte de répartition d'après la base de données cettia-idf.fr


carroyagecommunes

Note: Les cartes par mailles 2x2km laissent également apparaitre les communes pour lesquelles il n'existe pas de données plus précises que la citation communale.

Commentaires sur l’espèce

L'observation de cette espèce dans la région provient d'individus erratiques. Elle n'a pas été revue depuis 1973.

Les mâles restent actifs par temps couvert voire légèrement pluvieux si la température n'est pas froide.

(Pour d'autres informations sur l'écologie et la biologie de l'espèce, consultez notamment le livre La Vie des Papillons - Lafranchis et al., 2015)

Habitats 

En Île-de-France, les principaux milieux de vie de l'espèce sont :

  • Végétations forestières
  • Végétations herbacées des lisières forestières

(Nomenclature issue du Guide des végétations remarquables de la région Île-de-France - Fernez et al., 2015)

Elle utilise comme plante-hôte : Graminées.

Ciblage des prospections

Identification aisée : espèce caractéristique.
Détermination via l'observation de la couleur principale, brune, et des motifs des ailes : revers et avers différents,  la bande fauve de l'aile antérieure est complète. Le revers des postérieures possède une bande discale avec une série de 3 à 4 petits points blancs.

(Voir par exemple le guide de détermination des papillons diurnes - Lafranchis, 2014)

Les dix observations les plus récentes :

DateCommuneObservateur
01-01-197077130 Misy-sur-Yonneinconnu inconnu
précision: commune - observation: GOUILLARD jean

Avertissement: Les cartes et graphiques présentées ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes